Bac 2021 : épreuves de spécialité, c’est quand qu’on va où ?

Il était plus que temps de connaitre les dates des épreuves de spécialités pour le bac 2021. Mais découvrir ce qui est un outil de travail des équipes éducatives dans un quotidien national n’est pas acceptable.

Le calendrier des examens est le suivant :

  • lundi 15 et le mardi 16 mars 2021: les épreuves de spécialité, avec donc un sujet différent suivant le jour de passage (EDS 1 ou EDS2)
  • mercredi 17 mars pour les spécialités à faibles effectifs (arts, LCA…)
  • du jeudi 18 au vendredi 26 mars: ECE  et orales des enseignements de spécialité.
  • vendredi 9 avril : fin des corrections
  • samedi 10 avril : transfert des résultats dans Parcoursup
  • jeudi 17 juin: philosophie et EAF
  • du lundi 21 juin au vendredi 2 juillet: Grand oral et oral de français
  • mardi 6 juillet : résultats du 1er groupe
  • du mercredi 7 au vendredi 9 juillet : oraux et résultats du 2e groupe

 

La publication de ces dates, n’épuise pourtant pas le sujet des conditions d’organisation de ces épreuves terminales dans les établissements (numérisation ? temps de correction ? …) , et par ailleurs, d’autres sujets demandent encore à être éclairés afin d’établir un climat scolaire serein en cette période si particulière : l’accompagnement des élèves, l’aménagement des sujets

Le Sgen-CFDT a fait des propositions et demande au ministère de se positionner rapidement sur des solutions « soutenables »

L’organisation complexe des épreuves de spécialité

Publier les dates précises des épreuves terminales,  c’est permettre aux personnels et aux élèves de se projeter dans l’organisation de ces épreuves mais aussi permettre de caler l’organisation complète de l’année. Or cette année, avec la mise en œuvre des deux années du cycle terminal, ce calendrier est particulièrement chargé et contraint (évaluations communes, grand oral…), mais aussi parfois épreuves blanches. Par ailleurs, il contient toujours « comme avant » des  éléments  « ordinaires », incontournables mais chronophages, comme  les conseils de classe, Parcoursup, la « semaine de l’orientation », et (encore une nouveauté 2021) la validation PIX par exemple.

Epreuves de spécialitésPour assurer des conditions satisfaisantes de passation aux élèves compatibles avec une charge de travail « soutenable » pour les personnels, le Sgen-CFDT revendique :

  • Du temps de correction conséquent pour les enseignants ;
  • Du temps pour l’accompagnement des élèves, à la fois de leur parcours scolaire et de leur orientation post-bac ;
  • Des aménagements de sujets d’épreuves pour tenir compte des incertitudes liées à la crise que nous traversons ;
  • Des lieux et des temps de dialogue dans les établissements mais aussi aux différents niveaux de l’institution pour appréhender au mieux les ajustements successifs ;
  • Une attention plus soutenue portée à la santé des personnel.

Le système ne peut s’exonérer des difficultés d’apprentissages des élèves liées à l’année scolaire précédente. Il lui faut aussi anticiper les difficultés actuelles ou futures, des enseignants et élèves potentiellement soumis à une activité scolaire hachée, heurtée et perturbée possiblement par des situations humainement difficiles liées à leur maladie ou celle de leurs proches.

Des  changements multiples sans cohérence globale

La réforme du bac est menée depuis deux ans par le ministère comme une suite de changements de procédures : changements de dates, de modalités d’organisation,  de noms d’épreuves…. Ces ajustements successifs, discutés notamment dans le cadre du comité de suivi, ont leur pertinence, mais ils ne parviennent pas à faire sens.

D’abord à  cause de la tyrannie de l’urgence : le Sgen-CFDT avait pourtant demandé dès 2018 un étalement de la mise en oeuvre de la réforme sur trois ans pour éviter cet écueil.

Ensuite parce qu’un des objectifs majeurs  mis en avant pour cette réforme a été oublié : la simplification du bac.  Le ministère bouscule ses propres services, insécurise l’ensemble du système et met en difficulté ses personnels et les élèves. Cette mise sous tension a commencé l‘an dernier, mais  elle est particulièrement malvenue en cette rentrée dans le contexte d’incertitude généralisé lié à la crise sanitaire.

Pour le Sgen-CFDT le ministère doit assumer « sa » réforme en proposant une vision de la période de passation des épreuves qui soit acceptable et supportable pour tous.

Cette période ne peut pas être une période de classe ordinaire, mais elle peut être réorganisée de façon à concilier les intérêts des élèves de terminale et des autres (semaine de l’orientation, entretiens individuels, stages, semaine de projets…).

Dans cette nouvelle vision de l’organisation de l’établissement, il est urgent aussi de desserrer les contraintes portant sur les conseils de classe de façon générale et sur les professeurs principaux en particulier. L’explosion du groupe classe, l’étendue des missions d’accompagnement, le calendrier institutionnel… rendent la fonction intenable.
Le Sgen-CFDT demande la réouverture du chantier des missions des professeurs principaux, pour permettre de dégager des pistes adaptées au suivi des élèves.