Le 19 décembre 2017, une journée de formation sur le thème de l’autonomie dans le premier degré est proposée par le Sgen-CFDT Académie de Grenoble.

Dominique Bruneau, secrétaire fédéral, y sera, pour discuter avec les enseignants et directeurs de la mise en place d’un établissement du premier degré et des conséquences que ces changements pourraient avoir sur la vie quotidienne de l’école.

Cette journée d’échanges a pour but de construire un projet ensemble le plus près possible de vos attentes : une ambition du Sgen-CFDT !

Clés de compréhension

  • pour une simplification des tâches avec des décisions de proximité
  • pour une plus grande autonomie des équipes
  • pour des enseignants acteurs au niveau local

Pour simplifier les tâches avec des décisions de proximité

  • permettre à l’IEN de pleinement remplir ses rôles de pilote de bassin et d’expert pédagogique auprès des équipes.
  • afin de réagir le plus rapidement possible aux besoins de remplacement ;
  • pour une plus grande autonomie
    • dans la prise de décisions, au plus près des besoins.
    • une autonomie et une responsabilité budgétaire des établissements.
    • permettant à un établissement, une équipe pédagogique et éducative de faire des choix, de les assumer et de les justifier à posteriori.
    • permettant aussi de donner des réponses immédiates.
  • pour faire de l’école un établissement comme les autres et instituer une relation d’égal à égal entre les différents partenaires que sont le collège, la collectivité locale et l’établissement du premier degré ;
  • pour une élaboration collective du projet éducatif de territoire en cohérence avec le projet d’école.

Pour une plus grande autonomie des équipes

Pour le Sgen-CFDT, l’établissement du premier degré peut être une réponse aux difficultés rencontrées par ces collègues. Il permet en effet de :

  • simplifier la gestion en rapprochant les décisionnaires du lieu de décision.
  • gagner en efficacité administrative.
  • s’assurer que la formation continue réponde aux besoins de l’équipe pédagogique.
  • prendre plus rapidement des décisions.
  • mettre en œuvre une gestion des ressources humaines au plus près des collègues, avec un interlocuteur identifié et accessible.
  • laisser la possibilité aux équipes pédagogiques d’expérimenter.
  • mettre en œuvre l’inclusion de la décision prise, grâce à des moyens humains délégués à l’école.

Une équipe pédagogique doit pouvoir faire ses choix dans le cadre d’une autonomie définie nationalement. S’il est primordial de rendre compte, cette autonomie doit pouvoir s’exercer dans une confiance à priori.

Pour permettre aux enseignants d’être acteurs au niveau local

  • que les enseignants, cadres A de la fonction publique, puissent gérer leur temps de travail comme bon leur semble, notamment à l’occasion de la pré-rentrée ;
  • que les enseignants soient en mesure d’innover, d’expérimenter des pratiques pédagogiques en le décidant collectivement, sans systématiquement avoir l’aval de leur hiérarchie ;
  • que les projets soient décidés au sein du conseil d’enseignement et d’éducation, notamment en ce qui concerne le temps d’utilisation de l’APC par les enseignants, qu’ils en soient responsables avec un contrôle à posteriori ;
  • que les objectifs de l’école soient formalisés dans un projet d’école, en lien avec le PEdT, voté pour une durée de trois années avec la possibilité d’avenants en fonction des variations possibles du contexte ;
  • que le directeur-trice soit pleinement responsable des locaux tout le temps où l’équipe pédagogique souhaite l’utiliser ;
  • que le directeur-trice soit un interlocuteur à part entière et qu’il rendre compte au nom de l’équipe pédagogique de son action à posteriori et non à priori ;
  • que l’école dispose d’un interlocuteur à égale échelle hiérarchique avec le principal du collège pour mettre en place les animations, les conseils en fonction des besoins du territoire ;
  • que la responsabilité de ce projet d’école soit portée au sein de l’école par l’ensemble de l’équipe pédagogique :
  • qu’une personne responsable soit chargée de la mise en œuvre du projet et d’en rendre compte auprès des instances internes à l’établissement.
  • que les enseignants puissent bénéficier de la gestion pleine de leur temps de réunion et puissent ainsi rencontrer les animateurs pour construire des projets cohérents dans l’intérêt des enfants.

Pour aller plus loin...

  • Colloque le 15 novembre

    Quelle autonomie, quelle gouvernance pour le premier degré ?

  • Des formations dans l'académie les 19 et 20 décembre

    Discuter ensemble autour du sujet de l'autonomie des établissements du 1er degré.